14/07/2011

Présidence de l’Union européenne : Quel est le bilan de la Hongrie ?

Du 1er janvier 2011 au 30 juin 2011, la Hongrie a assuré pour la première fois de son histoire la Présidence de l’Union européenne.

Pour analyser le bilan de cette présidence il faut avoir les éléments suivants à l’esprit :

Elle s’est déroulée sur deux scènes bien distinctes, qu’il faut bien différencier car l’appréciation du bilan de la présidence hongroise n’est pas du tout la même, suivant l’angle de vision qu’on choisit.

En ce qui concerne la première scène, celle de la politique hongroise interne, menée par le Premier Ministre hongrois, Viktor Orbàn, elle a eu un effet très important et elle a clairement marqué et influencé l’évaluation de la présidence hongroise.

En effet, avant même que la Hongrie débute son mandat, une vaste polémique, a éclaté à propos de la Loi hongroise sur les médias (médiatörvény), votée à la fin de l’année 2010 par le Parlement.

En quelques mots, cette loi prévoit, entre autres, la création d’une autorité de contrôle des médias, dont les membres sont actuellement tous issus du parti au pouvoir, le FIDESZ.

Cette autorité des médias a la compétence d’infliger des amendes aux médias qui violeraient certaines règles plutôt vagues, qui ne sont pas définies clairement par la loi, qui laisse à ladite autorité un large pouvoir d’appréciation.

Cette Loi sur les médias a fait beaucoup parler d’elle, quelques jours seulement avant le début de la présidence de l’Union européenne, qui n’a par conséquent pas débuté de la meilleure des façons pour la Hongrie.

L’autre évènement qui a influencé la perception de la présidence hongroise est l’adoption d’une nouvelle Constitution par le Parlement, au sein duquel Viktor Orbàn et le FIDESZ ont deux tiers des mandats, ce qui permet précisément de modifier la Constitution.

La nouvelle Constitution a été vivement critiquée, car elle n’est pas conforme aux valeurs de l’Union européenne, d’après de nombreux spécialistes.

Ainsi, si on devait se référer uniquement à la politique interne pour évaluer le bilan de la présidence hongroise, il serait mitigé.

Toutefois, si on analyse la présidence hongroise sous l’angle de la deuxième scène, celle de la politique européenne et sous l’angle des progrès atteints, des sujets qui n’ont pas forcément fait la une des journaux, son bilan est bon, même très bon, d'après de nombreux observateurs.

Le Président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso a déclaré à ce propos que malgré le fait que la Hongrie ait été confrontée à des situations difficiles, elle a bien accompli sa tâche.

Les résultats concrets obtenus sont notamment la quasi conclusion de l’adhésion de la Croatie, qui est presque acquise, la consolidation des mécanismes d'aides des pays européens en difficulté, ou encore l’introduction du « semestre européen ».

Il est admis que la préparation de la présidence hongroise a été excellente, ladite préparation ayant d’ailleurs débuté il y a quelques années déjà, sous l’ancienne législature, alors que le Parti socialiste et les Premiers Ministres Ferenc Gyurcsàny et Gordon Bajnai étaient encore au pouvoir.

Malheureusement, malgré ce très bon bilan au niveau de la politique européenne, la perception du bilan global de la présidence hongroise restera mitigée dans les esprits, principalement à cause des critiques relatives à la Loi sur les médias et à cause de celles relatives à la nouvelle Constitution.

Il faut espérer qu'avec le recul, le travail effectué sous la présidence hongroise sera jugé à sa juste valeur, indépendamment des considérations relatives à la politique interne.

12:19 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.