05/10/2011

Les Jeunes libéraux-radicaux (Liste No 14) en route pour le Conseil national!

Au mois de janvier 2010, les Jeunes libéraux et les Jeunes radicaux ont fusionné et ont ainsi constitué les Jeunes libéraux-radicaux, lors d'une soirée mémorable au Café Papon.

Les deux anciennes associations ont toujours été à l'avant-garde des idées politiques.

Souvenons-nous du suffrage féminin, revendiqué par la Jeunesse libérale ou de la démocratisation des études portée par la Jeunesse radicale et acceptée par le peuple.

A l'occasion des élections du Conseil national du 23 octobre 2011, les Jeunes libéraux-radicaux présentent la liste no 14, avec six candidats et un programme ambitieux.

Les candidats Jeunes libéraux-radicaux soutiennent notamment la dépénalisation des stupéfiants.

Ils pensent en effet que le système actuel a montré ses limites.

La répression n'a quasiment aucun effet sur le trafic de drogue et sur les dealers qui font librement leur business dans plusieurs quartiers de la Ville de Genève.

La répression a uniquement contribué à faire la fortune de certains trafiquants de drogue, la plupart d'entre eux restant impunis.

Grâce à une vente contrôlée par l'Etat, interdite au mineur, les candidats Jeunes libéraux-radicaux pensent que de cette manière, il sera possible de couper l'herbe sous les pieds du crime organisé.

En effet, s'il n'y a plus de demande, l'offre n'aurait aucune chance de survie, il n'y aurait plus de dealers dans les quartiers, ce qui augmenterait par voie de conséquence la sécurité et ce qui permettrait aux policiers, de la task force drogue notamment, de se consacrer à d'autres tâches, qu'à la traque des dealers.

Cette conséquence n'est pas anodine, alors que l'on sait que les policiers sont en sous-effectif à Genève.

Je ne parle même pas de l'allègement de travail que cela constituerait pour le Ministère public genevois, qui est également en sous-effectif et qui doit consacrer des milliers d'heures d'audiences aux affaires relevant de la Loi fédérale sur les stupéfiants (LSTUP).

Les candidats Jeunes libéraux-radicaux pensent que grâce à une prévention sérieuse la dépénalisation n'augmenterait pas la consommation des stupéfiants et que cette dernière pourrait ainsi, le cas échéant, même être diminuée.

Les candidats Jeunes libéraux-radicaux soutiennent également une union libre, donnant la possibilité aux couples homosexuels de se marier et d'adopter, ceci dans le but de reconnaître l'égalité des couples homosexuels et pour combattre leur stigmatisation.

Les candidats Jeunes libéraux-radicaux pensent que la situation actuelle, qui existe sous le régime du partenariat enregistré, n'est pas satisfaisante. En effet des partenaires enregistrés n'ont pas le droit d'adopter ensemble, alors même qu'une personne homosexuelle, seule, a droit de le faire.

En matière de politique de la santé, les candidats Jeunes libéraux-radicaux soutiennent la création d'une caisse-maladie fédérale publique, qui serait en concurrence avec les assureurs-maladie privés.

Ainsi, il y aurait enfin de la transparence dans le cadre de la gestion des primes d'assurance-maladie, qui augmentent chaque année, alors même que les coûts de la santé ont été maîtrisés à Genève.

Les candidats Jeunes libéraux-radicaux soutiennent en outre la lutte contre le surendettement des jeunes, par l'introduction de programmes de prévention contre le surendettement dans les écoles et par l'introduction de règles plus sévères relatives au contrôle de la solvabilité de l'emprunteur, dans la Loi fédérale sur le crédit à la consommation (LCC).

Vous pouvez en savoir plus à propos du programme et à propos des six candidats de la liste no 14, sur leur site Internet : www.jlrg.ch.

N'hésitez pas à soutenir les candidats Jeunes libéraux-radicaux en votant pour la liste no 14 le 23 octobre 2011 !

Ils vous remercient d'avance pour votre soutien !

 

19:13 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.