09/01/2012

Hongrie : Nouvelle Constitution, manifestations et incertitudes

Je reviens de Budapest, où on a pu assister en date du 2 janvier 2012 à une grande manifestation contre la nouvelle Constitution, entrée en vigueur en date du 1er janvier 2012.

Alors que les partisans et alliés du Premier Ministre Viktor Orbàn fêtaient l'entrée en vigueur de la nouvelle Constitution à l'Opéra de Budapest, des dizaines de milliers de personnes manifestaient à quelques centaines de mètres.

Les images de cette manifestation ont fait le tour du monde.

Il s'agissait-là de la plus grande manifestation, réunissant tous les partis de l'opposition, sauf le parti d'extrême droite, le Jobbik, ainsi que des dizaines d'associations issues de la société civile. Le parti socialiste hongrois (MSZP), le parti écologiste (LMP) ainsi que le nouveau parti de l'ex-Premier ministre socialiste, Ferenc Gyurcsàny, Demokratikus Koaliciò (DK), ont décidé de ne pas politiser à outrance cette manifestation, pour cette raison, aucun représentant de ces partis n'a fait de discours.

Le but de cette manifestation était à l'origine de protester contre la nouvelle Constitution hongroise. Ladite Constitution a été rédigée très rapidement et elle a été adoptée par le Parlement en quelques semaines, quasiment sans concertations.

Le peuple hongrois n'a pas pu se prononcer à propos de la nouvelle Constitution, dans le cadre d'une votation populaire.

Il convient de préciser que la manifestation du 2 janvier 2012 ne se résumait pas à une simple protestation contre la nouvelle Constitution, les choses ne sont pas aussi simples. Il s'agissait-là d'une représentation du ras-le-bol d'une partie de plus en plus grande de la population hongroise qui en a assez de la politique menée par le Premier ministre Viktor Orbàn depuis son entrée en fonction au printemps 2010.

Après huit ans de gouvernement socialiste, le FIDESZ de Viktor Orbàn a obtenu plus des deux tiers des mandats au Parlement, lui donnant quasiment les pleins pouvoirs, cette majorité lui permet en effet de modifier la Constitution à lui tout seul.

La victoire écrasante de Viktor Orbàn est principalement due au fait que la population voulait « sanctionner » le gouvernement socialiste en place de 2002 à 2010 et elle n'est probablement pas due à la qualité exceptionnelle du programme électoral du FIDESZ, qui a déjà été au pouvoir entre 1998 et 2002.

Il faut aussi savoir que c'est déjà Viktor Orbàn qui occupait le poste de Premier Ministre à cette époque.

Viktor Orbàn était un politicien très prometteur dans sa jeunesse, avant la chute du mur.

On se souvient notamment d'un discours très remarqué prononcé en 1989, lors de l'enterrement du Premier ministre, Imre Nagy, exécuté suite à la révolution de 1956, à l'occasion duquel Viktor Orbàn a notamment réclamé le retrait des troupes soviétiques de la Hongrie.

Lors de sa victoire écrasante aux élections de 2010, beaucoup de hongrois croyaient en Viktor Orbàn, pensant à juste titre qu'il avait les compétences pour faire du bon travail.

Alors que le gouvernement de Viktor Orbàn aurait pu bien faire grâce à une majorité jamais vue au Parlement, alors qu'il aurait pu prendre de bonnes mesures pour le développement du pays, on a l'impression que le but principal du gouvernement de Viktor Orbàn a été d'étendre et d'assurer son propre pouvoir.

Immédiatement après son accession au pouvoir, Viktor Orbàn a en effet fait élire par le Parlement, un de ses fidèles, Pàl Schmitt, au poste de Président de la Hongrie qui aurait pu et dû, grâce à son droit de veto, renvoyer certaines lois anticonstitutionnelles au Parlement. Le Président n'a bien entendu jamais fait usage de son droit de veto.

Il faut aussi mentionner à ce stade la restriction des compétences de la Cour constitutionnelle par la majorité gouvernementale, après que celle-ci ait logiquement annulé une loi fiscale prévoyant une taxation rétroactive.

Suite à une modification de l'ancienne constitution, la Cour constitutionnelle n'avait quasiment plus le droit d'annuler une loi concernant de près ou de loin le budget, ce qui englobe les lois fiscales. Ainsi le majorité au pouvoir peut faire ce qu'elle veut en matière fiscale.

N'oublions pas la fameuse loi sur les médias, mettant en place une autorité des médias, dont les représentants sont issus du parti au pouvoir, le FIDESZ. Cette autorité a des pouvoirs extrêmement étendus.

Cette loi sur les médias a occupé la presse internationale lors de son adoption à la fin de l'année 2010 et elle a bien entendu fait couler beaucoup d'encre, à cause des problèmes évidents qu'elle pose en matière de liberté de la presse.

En ce qui concerne le pouvoir judiciaire, la nomination à la tête du Bureau national juridique de Tünde Hando, une proche de Viktor Orbàn, qui est également l'épouse du député européen Jozsef Szàjer, le principal auteur de la nouvelle Constitution, fait planer un grand doute sur l'indépendance du pouvoir judiciaire par rapport au gouvernement et par rapport au parti au pouvoir.

Enfin, n'oublions par la nouvelle loi électorale, modifiant les règles de l'élection du Parlement hongrois, manifestement favorable au FIDESZ de Viktor Orbàn, notamment en raison du découpage des circonscriptions et en raison de l'introduction de l'élection à un tour.

Il s'agit-là uniquement de quelques exemples des nombreuses mesures controversées prises par la majorité de Viktor Orbàn, qui peuvent être comparées à des gouttes d'eau qui font déborder le vase et dont la conséquence directe au niveau de la politique interne, est notamment la manifestation du 2 janvier 2012.

L'Union européenne n'est évidemment pas restée inactive, elle a fait part de ses très vives critiques à Viktor Orbàn, dernièrement par l'intermédiaire du Président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, dans un courrier envoyé à la fin de l'année 2011.

La restriction des libertés et l'extension du pouvoir du parti gouvernemental ne sont pas les uniques reproches qui sont faits au gouvernement de Viktor Orbàn. Sa politique économique, qui s'est jusqu'à présent révélée inefficace, a été vivement critiquée par des spécialistes de tous bords, y compris par des économistes hongrois issus des rangs de Viktor Orbàn.

Par exemple, l'introduction d'un taux unique à 16%, dans le cadre de l'impôt sur les revenus des personnes physiques, a principalement profité aux plus aisés et elle n'a pas eu pour effet de relancer la consommation. La mesure susmentionnée a par contre eu pour effet de creuser un trou dans le budget.

Les taxations spéciales des multinationales et des banques introduites du jour au lendemain par le gouvernement, dont le but était de réduire rapidement le déficit de l'Etat ont quant à elles eu pour principal effet de décourager les investisseurs, notamment en raison de l'imprévisibilité du gouvernement en matière fiscale.

Alors qu'en été 2010, Viktor Orbàn a déclaré que la Hongrie n'avait pas besoin du FMI et d'un prêt pour se financer, on apprenait à la fin de l'année 2011 qu'il souhaitait finalement entamer des négociations avec le FMI concernant l'obtention d'un prêt. Cette volte-face, très humiliante pour Viktor Orbàn, qui prouve que sa politique économique a été inefficace, indique que la situation de la Hongrie est grave.

La note de sa dette souveraine a d'ailleurs été récemment dégradée par les trois agences de notation et la dette de l'Etat a atteint des records jamais vus depuis les années 1990.

Il faut savoir que la Hongrie ne peut pas obtenir de prêt du FMI, sans l'accord de l'Union européenne.

La dernière loi votée par la majorité de Viktor Orbàn qui a également fait couler beaucoup d'encre dans la presse internationale est l'adoption de la loi relative à la banque nationale hongroise (MNB), qui pose des problèmes quant à la sauvegarde de son indépendance à l'avenir.

Dans son courrier de la fin de l'année 2011, José Manuel Barroso a expressément demandé à Viktor Orbàn que le Parlement hongrois n'adopte pas la loi susmentionnée, en tous cas pas sous cette forme. La Parlement a finalement adopté ladite loi sans exécuter l'ensemble des modifications demandées par l'Union européenne et par la Banque centrale européenne, qui auraient en principe garanti le principe de l'indépendance de la banque nationale.

En l'état actuel des choses, il semble qu'aucun prêt du FMI ne sera octroyé si cette loi n'est pas retirée ou modifiée.

Tant qu'il n'y aura pas d'accord avec le FMI, le taux d'intérêt de la dette souveraine hongroise restera probablement élevée et la monnaie nationale, le forint, qui a atteint son taux le plus bas face à l'euro la semaine dernière, continuera de plonger.

Il va sans dire que les problèmes économiques du pays touchent directement les hongrois dans leur quotidien, les prix de biens de consommation courants augmentent à grande vitesse, sans que les salaires suivent, ce qui a pour conséquence logique une augmentation rapide et inquiétante du nombre de personnes qui ne peuvent plus subvenir à leurs besoins.

Il reste à espérer que Viktor Orbàn modifiera rapidement sa politique et notamment sa politique économique et qu'un accord avec le FMI sera vite trouvé.

Dans le cas contraire, on peut craindre que le pays fonce droit dans le mur avec toutes les conséquences humaines et économiques que cela implique.

 

 

Andreas Dekany

13:36 Publié dans Politique hongroise | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Cher Monsieur Dekany, je vous ai entendu il y a déjà quelques jours aux ondes de la RSR, en compagnie de Monsieur Egon Kiss-Borlase. Ensuite, j'ai trouvé votre blog. Etant moi-même hungaro-suisse, le sujet évoqué m'intéresse. J'ai aussi des contacts en Hongrie et je suis surpris par leurs réactions. Personne ne semble comprendre que la réaction de commission européenne ne vise pas les hongrois ou la Hongrie, mais est motivée par la défense de la démocratie. Comme si les membres de parlement pourraient être au-dessous de tous, personnes, idées, lois, etc. Ce n'est pas le cas, j'espère qu'ils vont comprendre tôt ou tard. Je parle souvent à mes amis, comment est la démocratie dans la patrie du "makk felsö", figure de carte bien connu en Hongrie représentant Guillaume Tell, mais ils m'écoutent peu. Bref, j'étais contant d'entendre votre analyse percutante et je suis assez déçu de l'exposé de Monsieur Egon Kiss-Borlase. L'histoire est comme elle est, il faudrait surtout regarder vers l'avenir. Monsieur Orban est allé à Strasbourg aujourd'hui, nous verrons la suite… Bonnes salutations, Rabl A. Villeneuve

Écrit par : RABL Akos | 18/01/2012

Les commentaires sont fermés.