14/06/2013

Salaire minimum de CHF 4'000.-: Le message des syndicats : « Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais… »

Les syndicats ont lancé une initiative populaire pour un salaire minimum de 4'000 francs par mois.

Il y a quelques semaines, le journal suisse alémanique Tages Anzeiger a révélé une information très importante et intéressante, qui n’a malheureusement pas été assez diffusée mais il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Le Tages Anzeiger a indiqué que de nombreux employés des hôtels que possèdent Unia et le Syndicat du personnel des transports avaient un salaire inférieur à 4'000 francs par mois.

Ces syndicats ont essayé de se défendre tant bien que mal et maladroitement suite à ces révélations, en augmentant paraît-il tout à coup, dans la précipitation, les salaires des employés concernés, après avoir été pris la main dans le sac.

Il est clair que s’il n’y avait pas eu ces révélations du Tages Anzeiger, ces syndicats n’auraient probablement jamais augmenté les salaires de ces employés.

Autrement dit, les syndicats susmentionnés n’ont même pas pris la peine de verser aux employés de leurs propres hôtels le salaire minimum qu’ils réclament aux autres.

Les syndicats ont ainsi appliqué comme d’habitude le principe qui leur est cher : « faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais ».

14:02 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Ce qui confirme donc la nécessité d'accepter cette initiative pour forcer tout le monde, y compris les syndicats, à respecter certains minima.

Écrit par : Djinus | 14/06/2013

Seuls les domaines professionnels régis par conventions sont et seraient concernés.
Ce qui veut dire en clair, qu'une femme de ménage ne parlant pas français voire sans papiers, à droit à la protection d'un salaire min de base à Genève de approx 28 chf/h. + 3chf/transport.

Ce qui est à comparer avec les offres salariales actuelles du secteur admin, majoritaire du marché de l'emploi à Genève bien sûr non conventionné!, où le chercheur d'emploi doit se contenter, avec dipl + exp. + bilingue, de salaires de l'ordre de 1500 CHF/mois (soit 1'700E ou smic français. cf offres pour des employeurs suisses, des pôle emploi français frontaliers de l'Ain et du 74)

Ce qui revient à protéger au max des secteurs d'emploi dits "fragiles" (employés sans expérience ni diplômes, mais qui attirent bon nombre de clandestins etc),

au détriment de la protection salariales de chercheurs d'emploi expérimentés et compétents. locaux, suisses, etc. mais expérimentés: d'où une grosse discrépance du but atteint, dans cet attirail

Écrit par : Pierre à feu | 14/06/2013

Les commentaires sont fermés.