23/10/2013

23 octobre 1956 : la révolution hongroise

Le 23 octobre 1956, les Hongrois se sont révoltés contre le régime communiste soviétique, stalinien, sous lequel ils vivaient suite à la deuxième guerre mondiale.

Les Hongrois ne voulaient plus être occupés par les soviétiques.

Imre Nagy a pris le poste de Premier Ministre, les Hongrois rêvaient de multipartisme, de liberté et pendant quelques jours ils ont vraiment pensé que c’était possible, croyant que les soviétiques avaient abandonné et qu’ils se retiraient du pays.

Pendant quelques jours, les Hongrois ont vécu dans l’espoir d'être libres.

Seulement pendant quelques jours, hélas, jusqu’à l’intervention de l’armée soviétique en date du 4 novembre 1956.

La révolution a été écrasée, Imre Nagy et ses alliés ont été arrêtés puis exécutés.

Quelques 200'000 personnes ont quitté le pays pour fuir à l’Ouest, des milliers de personnes ont d’ailleurs été accueillies en Suisse.

Au mois d’octobre et de novembre 1956, les Hongrois ont goûté pendant quelques jours à la liberté.

Le 23 octobre est d’ailleurs un jour de fête nationale en Hongrie.

A l’heure où les pays européens vivent fort heureusement en paix depuis quelques années, il n’est pas inutile de se rappeler que des personnes ont fui leur pays et sont mêmes mortes alors qu’elles étaient en quête de liberté, une liberté qui est devenue presque normale et de plus en plus banale de nos jours, qui était cependant tellement précieuse, qui paraissait inatteignable il n’y a pas si longtemps dans les pays de l'Europe de l'Est.

 

 

Andreas Dekany

13:18 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Oui je me souviens de la révolution hongroise et de l'observation d'une minute de silence en hommage à ceux qui sont morts en voulant ce qu'il y a de plus beau : la liberté !

Écrit par : Lise | 23/10/2013

Cette révolution est toujours dans la mémoire des genevois. Elle a été bénéfique pour le Servette FC qui a engagé 3 juniors internationaux hongrois, Valer Nemeth, Didier Makay et Peter Pazmandy. Beaucoup de ces gens venus en Suisse se sont, par la suite, naturalisés et ont créés des entreprises, commerces ou restaurants. Lors de la manif à Genève la population et les élus ont répondus présent sauf les représentants du parti socialiste qui soutenaient publiquement, avec l'intelligence qu'on lui connaît, la répression soviétique. Le temps passe mais la mémoire est intacte.

Écrit par : Larry Klette | 24/10/2013

Les commentaires sont fermés.