07/11/2014

Suppression des forfaits fiscaux : la classe moyenne en subirait les conséquences !

Le peuple suisse devra se prononcer en date du 30 novembre 2014 à propos de la suppression des forfaits fiscaux.

La Gauche, qui, comme tout le monde le sait, déteste les riches, a lancé une initiative populaire fédérale dans ce sens, une initiative cantonale a également été lancée et  les Genevois devront se prononcer sur le sujet le 30 novembre 2014.

Les personnes qui bénéficient des forfaits fiscaux et qui sont dans la ligne de mire de la Gauche sont des riches personnes physiques de nationalité étrangère, qui ont leur domicile en Suisse et qui n’ont pas droit d’y avoir une activité lucrative.

L’impôt dû se calcule d’une façon très précise, notamment en prenant en compte le train de vie du contribuable et la valeur locative de son logement ou son loyer.

A Genève, ces personnes, que la Gauche hait tant, rapportent en moyenne 160 millions de francs de rentrées fiscales au Canton.

Ces personnes consomment dans les restaurants et les magasins du Canton, elles donnent du travail à des PME et à des entreprises locales actives dans le domaine des services en tous genres.

Avec la présence de ces personnes à Genève, le Canton, l’économie genevoise et les Genevois en général sont clairement gagnants.

Si nous supprimons les forfaits fiscaux, ces personnes partiront à Londres, au Portugal, en Irlande ou encore en Belgique.

Les arguments de la Gauche selon lesquels les bénéficiaires actuels des forfaits fiscaux vont rester chez nous, si nous supprimons les forfaits fiscaux, sont tout simplement faux.

Ils partiront et c’est normal, par exemple à Londres, au Portugal ou encore en Belgique, en d’autres termes sous des cieux fiscaux beaucoup plus cléments.

Ils ne vont sûrement pas rester chez nous pour la beauté de nos montagnes ou pour le jet d’eau.

Pour illustrer mes propos, je prendrai l’exemple très concret de Zurich, qui a aboli les forfaits fiscaux en 2009 :

A Zurich, 97 personnes sur 201 sont parties durant l'année qui a suivi la suppression des forfaits fiscaux.

Celles qui sont restées ont permis de compenser les pertes fiscales dans un premier temps, mais seulement grâce à l'apport d'un contribuable s'étant acquitté de plusieurs millions de francs d'impôts.

Toutefois, ce contribuable ayant quitté le Canton par la suite, le bilan à Zurich est dès lors négatif, contrairement à ce qu'affirment de manière fallacieuse les initiants.

Il est donc faux de dire que les bénéficiaires des forfaits fiscaux ne partiront pas, si les forfaits fiscaux sont supprimés et c'est logique, ils n’ont pas à aller bien loin, par exemple à Londres ou au Portugal.

Je rappelle que les forfaits fiscaux rapportent en moyenne 160 millions de francs par an à Genève.

Qui va compenser ces pertes?

Sûrement pas les initiants mais plutôt la classe moyenne!

Eh oui ! C’est la classe moyenne qui subirait les conséquences de la haine des riches de la Gauche.

Et si la classe moyenne n’a plus les moyens ?

Alors dans ce cas il faudrait couper dans les prestations sociales et si cela devait arriver, les opposants aux forfaits fiscaux seraient les premiers à se plaindre, à faire des grèves et des manifestations.

Vous l’avez compris, en fin de compte, les opposants aux forfaits fiscaux agissent à l’encontre des intérêts de notre Canton, de l'économie genevoise et ils agissent également à l’encontre des intérêts des personnes qu’ils prétendent défendre!

Ne les laissons pas faire !

Pour cette raison il faut voter NON à l’initiative fédérale "Halte aux privilèges fiscaux des millionnaires" (abolition des forfaits fiscaux).

Il faut également voter NON à l’initiative cantonales genevoise « Pas de cadeaux aux millionnaires : Initiative pour la suppression des forfaits fiscaux ».

 

Andreas Dekany

 

Remerciements : Je remercie le député PLR au Grand Conseil, Edouard CUENDET, de m’avoir mis à disposition une liste de chiffres exhaustive et détaillée sur les forfaits fiscaux.

 

 

16:30 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Je vois deux niveaux dans cette initiative, l'aspect d'égalité/moralité. Pourquoi différentier entre un étranger Riche ou un Suisse Riche ?

L’autre c’est l’aspect financier, et là je pense que si l’initiative est accepté il y aura surement de perte d’entré. Mais je pense que ton chiffre de 160 millions est trompeur. Si la moitié part (je prends au hasard le chiffre de Zurich vu que je n’ai pas de sondage sur nos riche étranger Genevois) nous ne perdons pas les 160 million mais un chiffre qui comme dans le cas Zurich n’est pas important car ceux qui reste paye nettement plus.

Je trouve dommage cela dis que des personnes s’établisse en Suisse uniquement pour des raisons fiscale alors que la Suisse à bien plus à proposer et je ne parle pas juste la vue sur le lac de Genf.

Écrit par : Alexander Binder | 07/11/2014

"Les hommes sont tellement bêtes", a dit Helvétius "qu'une violence répétée finit par leur paraître un droit."

Outre le fait que les forfaits fiscaux accordés aux riches (au fait à partir de quel montant est-on considéré comme riche ?) est éthiquement inacceptable, ils sont révélateurs d'une certaine violence faite aux contribuables "normaux" qui acquittent un impôt calculé sur leur capacité contributive. Affirmer que les bénéficiaires quitteront le territoire suisse si on les prive de leur forfait montre bien le peu de cas que ces personnes font de leur pays d'"accueil".

Allons encore un peu plus loin et imaginons tous les bénéficiaires se liguant contre un gouvernement cantonal en réclamant une diminution de leur impôt forfaitaire. Que faire, céder ?

Affirmer comme vous le faites que la gauche n'aime pas les riches simplement parce qu'elle critique les privilèges fiscaux accordés aux plus aisés - c'est un euphémisme - relève davantage de la tactique que de la vérité.

Je trouve profondément navrant que l'on essaie toujours de faire croire aux citoyens qui peinent à boucler leur fin de mois qu'ils auraient encore plus de difficultés à le faire si les privilégiés s'en allaient !

Il n'est jamais bon de sous-estimer les "petits" citoyens. Parfois ils se révoltent ou font une révolution...Les forfaits ne sont pas toujours fiscaux, parfois ils relèvent du pénal.

Pour ces quelques raisons, notamment, je voterai en faveur de l'initiative mais surtout parce qu'il faudra bien un jour s'attaquer aux injustices sociales que l'on ne saurait effacer sans une réelle équité fiscale.

Enfin, si je vous ai bien compris, la Suisse ne représente rien pour les riches étrangers que le privilège de payer un minimum d'impôt. Aussi bien, si c'est cela qui les retient et rien que cela, alors oui, il vaut mieux qu'ils partent...

Écrit par : Michel Sommer | 07/11/2014

Les commentaires sont fermés.